Comment se protéger du cytomégalovirus (CMV) ?

Le but de cet article est donc de vous sensibiliser à un dépistage précoce c'est à dire dès la première consultation prénatale à faire pratiquer en même temps que les autres tests (toxo et rubéole) de manière à repérer celles n'ayant jamais été au contact du CMV et à leur proposer des précautions d'hygiènes précises à mettre en œuvre tout au long de leur grossesse.
Le virus se transmettant par les larmes, l'urine, la salive, l'écoulement nasal et les sécrétions vaginales. Les conseils d'hygiène s'adressent tant aux futurs mamans ou papas qui sont au contact de jeunes enfants :

• se laver les mains après tout contact avec les urines (change, pot…), les larmes et les sécrétions nasales.
• S’abstenir de goûter le biberon, les aliments, de sucer la cuillère.

 Déposer une goutte de lait sur le dos de la main suffit pour tester sa température.

 Ne pas utiliser ses affaires de toilette (gant et serviette, brosse à dents)
   EVITER TOUT CONTACT AVEC LES SECRETIONS. DES NOURRISSONS
---- N'embrassez jamais un Bébé sur la bouche,
---- Évitez de même le contact de votre bouche avec les secrétions nasales
---- Evitez le contact de votre bouche avec les Larmes

 évitez de l'embrassé sur les lèvres.

LAVEZ-VOUS LES MAINS SOIGNEUSEMENT,
---- Avant et après avoir changé un nourrisson,
---- Jetez rapidement les Couches Souillées d'urines,

LAVEZ A GRANDE EAU LES POTS
---- Soit avec de l'eau bouillante soit avec un désinfectent comme l'eau de javel
---- A chaque urine soit avec des gants soit faites le faire par une autre personne .

Alors pour éviter que cela ne se reproduise plus, parlez-en avec votre gynécologue-obstétricien. Demander à faire le test (une simple prise de sang suffit).
Un enfant toutes les 3 minutes nait dans le monde infecté par le CMV !

A
ux États-Unis va être lancée une grande campagne de prévention nous espérons que cela suivra en Europe. À Limoges une équipe de médecins biologistes travaille sur le CMV et un site Internet devrait prochainement voir le jour pour informer le grand public.
Devenu l'infection congénitale virale la plus fréquente en France, cet article concerne tout autant les futures mamans que les futurs papas ainsi que le grand public.
En France, le CMV est la première cause de malformations congénitales et le risque représenté par cette infection est devenu supérieur à celui d'autres maladies plus médiatisées telles la toxoplasmose, rubéole ou hépatite B pour lesquelles ont pratique le dépistage chez la femme enceinte.

Selon différentes études ces précautions suffisent le plus souvent à réduire de manière importante le risque d'infection maternelle.
Une campagne nationale d'information a été lancée en octobre 2001 par le groupe français CMV
Alors pour éviter que cela ne se reproduise plus, parlez-en avec votre gynécologue-obstétricien. Demander à faire le test (une simple prise de sang suffit).
Un enfant toutes les 3 minutes nait dans le monde infecté par le CMV !
Aux États-Unis va être lancée une grande campagne de prévention nous espérons que cela suivra en Europe. À Limoges une équipe de médecins biologistes travaille sur le CMV et un site Internet devrait prochainement voir le jour pour informer le grand public.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site